prendre rendez-vous
×

Charte des droits des patients

GENERALITES

Pour les patients : utilisant les services d’assurance maladie, les services médicaux du secteur privé et les non-assurés.

DROITS DES PATIENTS

  1. Le droit à la protection de la santé (Article 68 (1) de la Constitution de la République de Pologne du 2 avril & nbsp; 1997 (Journal officiel n° 78, article 483, tel que modifié). n. zm.)).
  2. L’exploitant du site Web et l’administrateur des données personnelles est : Supradent Agata Grabowska-Bialy ul. Sobieskiego 7, 96-330 Puszcza Mariańska
  3. Adresse e-mail de contact de l’opérateur: supradentradziwillow@gmail.com
  4. Le droit à l’intimité et au respect de la dignité personnelle lors de la fourniture de & nbsp; avantages & nbsp; soins de santé (article 19 (1) (4) de la loi sur les établissements de santé ; article 36 (1) de la loi sur les professions de médecin et de médecin identiste).
  5. Le droit ( du patient ou de son représentant légal) pour obtenir une information abordable d’un médecin sur : votre état de santé, le diagnostic, les méthodes de diagnostic et de traitement proposées et possibles, les conséquences prévisibles de leur utilisation ou omission, les résultats du traitement, le pronostic. Le médecin ne peut être délié de cette obligation qu’à la demande du patient. Le médecin ne peut fournir les informations ci-dessus à d’autres personnes qu’avec le consentement du patient (article 31 (1) – 3 de la loi sur les professions de médecin et de dentiste ; article 19 (1) (2) de la loi sur les établissements de soins santé).
  6. Le droit de consentir à un examen ou à d’autres services de santé, après avoir reçu les informations appropriées d’un médecin. Sauf disposition contraire des dispositions légales applicables, le consentement du patient peut être exprimé oralement ou même par un tel comportement, qui indique clairement la volonté de subir les actes médicaux proposés par le médecin (article 32 (1) et (7)) . la loi sur les professions de médecin et de dentiste ; article 19 (1) (3) de la loi sur les établissements de santé Soins de santé) .
  7. Le droit de consentir à la procédure par écrit un traitement chirurgical ou l’utilisation d’une méthode de traitement ou de diagnostic qui présente un risque accru pour le patient (article 34 (1) de la loi sur les professions de médecin et de médecin identiste).
  8. Le droit d’exprimer un consentement par écrit (et en cas d’impossibilité d’exprimer un consentement sous la forme ci-dessus, un consentement équivalent est donné oralement en présence de deux témoins ) participer à une expérience médicale après avoir obtenu des informations sur les objectifs, les méthodes et les conditions de conduite de l’expert en la matière expérimentations, les bénéfices thérapeutiques ou cognitifs attendus, les risques et la possibilité de se retirer de l’expérimentation à tout moment. Dans le cas où l’interruption immédiate de l’expérience pourrait mettre en danger la vie ou la santé du participant, le médecin est tenu de l’en informer (art. 24, art. 25 (1) de la loi sur les professions de médecin et dentiste).
  9. Le droit d’exprimer librement par écrit son consentement éclairé pour participer à un essai clinique (et dans le cas où le consentement ne peut être donné sous la forme ci-dessus, il est considéré comme équivalent d’exprimer un consentement donné oralement en présence d’au moins deux témoins), après avoir préalablement fourni des informations sur la nature, l’importance, les conséquences et les risques d’un essai clinique. Un participant à un essai clinique peut à tout moment, sans préjudice pour lui-même, se retirer d’un essai clinique (Art.37b (2) (2), Art.37f de la loi du 6 septembre 2001. – Droit pharmaceutique (Journal des lois de 2004, n° 53, article 533, tel que modifié), ci-après dénommée « loi pharmaceutique »).
  10. Le droit de s’opposer à la collecte de cellules, tissus et organes après le décès et de retirer cette objection à tout moment (articles 5 et 6 de la loi du 1er juillet 2005 relative au prélèvement, à la conservation et à la transplantation de cellules, de tissus et d’organes ą dów (Journal des lois n° 169, article 1411), ci-après dénommé “l’acte ą concernant la transplantation”). < / em>
  11. Le droit à une chambre et une pension adaptées à l’état de santé du patient dans les établissements de soins destinés aux personnes nécessitant des services de santé 24 heures sur 24 ou toute la journée (article 20 (1) (3) de la loi sur les établissements de soins < / em> zdrowotnej).
  12. Droit à des soins infirmiers supplémentaires ej exercé par une personne proche ou & nbsp; un autre & nbsp; une personne indiquée par le patient dans les établissements de santé (article 19 (3) (1) de la loi sur les établissements de santé les soins de santé) .
  13. Le droit à des soins infirmiers supplémentaires fournis par un parent ou une autre personne indiquée par le patient dans les établissements de santé (article 19 (3) (1) de la loi sur les établissements de santé).
  14. Le droit d’avoir des contacts personnels, téléphoniques ou par correspondance avec des personnes extérieures aux établissements de santé. Cependant, les contacts personnels peuvent être limités en cas de menace épidémique ou en raison des conditions d’autres personnes malades à l’hôpital. Le chef de l’établissement de santé ou un médecin autorisé peut limiter le droit au contact personnel avec des personnes extérieures, y compris la fourniture de soins infirmiers par un parent ou une autre personne indiquée par le patient (article 19 (3) (2) et article 19 (5) de la Loi). sur les établissements de santé).
  15. Le droit à la pastorale dans les établissements de santé (article 19 (3) (3) de la loi sur les établissements de santé).
  16. Le droit de désigner une personne ou un établissement que l’établissement de santé est tenu de notifier immédiatement en cas de détérioration de l’état de santé du patient mettant sa vie en danger ou en cas de décès du patient (article 20, paragraphe 2, de la loi sur établissements de santé).
  17. Le droit de sortir de l’hôpital, lorsque l’état de santé du patient ne nécessite pas de traitement supplémentaire à l’hôpital ou à sa propre demande – dans une telle situation, le patient a le droit d’être informé des conséquences possibles de l’arrêt du traitement à l’hôpital. À sa sortie, le patient a le droit de recevoir l’original et une copie de la carte d’information sur le traitement hospitalier avec le diagnostic en polonais (article 22 de la loi sur les établissements de santé, § 16 section 1, section 2 point 1 du règlement de la Ministre de la Santé du 21 décembre 2006) sur les types et l’étendue de la documentation médicale dans les établissements de santé et la méthode de son traitement (Journal officiel n° 247, article 1819), ci-après dénommé le « règlement sur la documentation médicale “).
  18. Le droit d’exprimer, en personne ou par l’intermédiaire d’un représentant légal, une opposition à la réalisation d’examens post mortem dans les établissements de santé (article 24, paragraphe 3, de la loi sur les établissements de santé).
  19. Le droit d’accès au dossier médical à la demande du patient, de son représentant légal ou d’une personne mandatée par lui, et en cas de décès – une personne mandatée par le patient pour obtenir la documentation en cas de décès sous forme de , entre autres : inspection dans un établissement de santé ou par préparation rémunérée ses extraits, extraits, copies (article 18 de la loi sur les établissements de santé ; § 52 du règlement sur la documentation médicale).
  20. Le droit à la protection des données contenues dans les dossiers médicaux et autres données relatives à la prestation de services de santé (article 27 de la loi du 29 août 1997 sur la protection des données personnelles (Journal officiel de 2002, n° 101, article 926 , tel que modifié). 18 (2) de la loi sur les établissements de santé ; § 52 (2) du règlement sur la documentation médicale).
  21. Le droit de garder confidentielles les informations relatives au patient obtenues par le personnel médical dans le cadre de l’exercice de la profession, sous réserve des exceptions prévues par la loi (article 40 de la loi sur les professions de médecin et de dentiste ; article 21 de la loi sur les professions d’infirmières et de sages-femmes; article 29 de la loi sur le diagnostic de laboratoire).
  22. Le droit de conserver des objets de valeur dans le dépôt des établissements de santé destinés aux personnes nécessitant des services de santé 24 heures sur 24 ou toute la journée (article 19b de la loi sur les établissements de santé).
  23. Le droit d’obtenir des informations d’un médecin et d’un dentiste sur la possibilité réelle d’obtenir un service de santé d’un autre médecin ou dans un établissement de santé, si le médecin a refusé de fournir le service (article 38 (2) de la loi sur les professions du médecin et du dentiste).
  24. Le droit de recevoir d’un pharmacien en cas d’atteinte soudaine à la santé ou à la vie sans prescription médicale, un médicament réservé à la délivrance sur ordonnance dans le plus petit conditionnement thérapeutique, à l’exclusion des stupéfiants, des substances psychotropes et des précurseurs des RI de groupe (article 96 (2) de la loi pharmaceutique).
  25. Le droit d’accéder aux informations sur les droits des patients dans l’établissement de santé. L’infirmière et la sage-femme sont tenues d’informer la patiente de ses droits. (Article 19 (6) de la loi sur les établissements de santé ; article 20 de la loi sur la profession d’infirmière et de sage-femme).
  26. Le droit de porter plainte contre un médecin et un dentiste auprès du médiateur de la responsabilité professionnelle auprès de la chambre médicale compétente en cas de soupçon de comportement contraire aux principes de déontologie et de déontologie professionnelle et pour violation des dispositions relatives à l’exercice de la profession médicale (article 41 de la loi du 17 mai 1989 relative aux chambres médicales (Journal officiel n° 30, article 158, tel que modifié)).
  27. Le droit de porter plainte contre une infirmière sage-femme auprès du médiateur de la responsabilité professionnelle de la chambre des infirmières et sages-femmes compétente en cas de soupçon de comportement contraire aux principes de déontologie et de violation fautive des dispositions relatives à l’exercice de la profession d’infirmière et de sage-femme (article 38 de la loi du 19 avril 1991 n° sur l’autonomie des infirmières et sages-femmes (Journal officiel n° 91, article 178, tel que modifié)).
  28. Le droit de porter plainte contre un diagnosticien de laboratoire auprès du porte-parole disciplinaire de la Chambre nationale des diagnosticiens de laboratoire en cas de suspicion de comportement contraire aux principes de déontologie ou aux dispositions relatives à l’exercice des activités de diagnostic de laboratoire (article 56 (1) de la loi sur le diagnostic de laboratoire).

PARTIE DÉTAILLÉE & nbsp;

S’applique aux patients utilisant, sur la base de l’égalité d’accès, des services de santé financés sur fonds publics dans les conditions et dans la mesure prévues par la loi du 27 août 2004. avec ś fonds publics (Journal officiel n° 210, article 2135, tel que modifié), ci-après : « la loi sur les prestations ».

Chapitre 1 DROITS DES PATIENTS DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SOINS DE SANTÉ, par exemple : EN CHIRURGIE, CENTRE DE SANTÉ, SERVICES DE CONSEIL, OUTLET < strong>
EN TANT QUE PATIENT SOUS ASSURANCE MALADIE, VOUS AVEZ LE DROIT DE :

  1. Choisir et changer votre médecin généraliste, infirmier et sage-femme, parmi les médecins, infirmiers et sages-femmes assurance maladie. Le changement en question ne peut avoir lieu plus de deux fois par année civile, et dans le cas de chaque changement ultérieur, vous êtes obligé de payer des frais de 80 PLN – cela ne s’applique pas à un changement de lieu de résidence et à la situation lorsque le médecin, l’infirmière et la sage-femme de soins primaires sélectionnés cesse de fournir des services de soins de santé et autres raisons indépendantes de votre volonté avec les réserves résultant des dispositions légales applicables (article 28 (1) de la loi sur ś avantages) .

Sélection d’un dentiste parmi les dentistes ayant conclu des contrats de prestation de services de santé avec la Caisse nationale de santé avec les réserves résultant de la loi applicable (article 31 (1) de la loi sur les prestations).
Services de santé d’un dentiste et matériel dentaire utilisé dans la prestation de ces services, classés comme services garantis (article 31 (2) de la loi sur les prestations).
Si vous êtes une femme enceinte et pendant la période de puerpéralité, vous avez droit aux services de santé complémentaires d’un dentiste et au matériel dentaire utilisé dans la fourniture de ces services, classés comme prestations garanties pour ces personnes (article 31 (3) de la loi sur avantages).
Sélection du prestataire de services ambulatoires spécialisés parmi les prestataires de services qui ont conclu des contrats de prestation de services de santé avec la Caisse nationale de santé avec les réserves résultant de la loi applicable (article 29 de la loi sur les prestations).
Services ambulatoires spécialisés financés par des fonds publics, fournis sur la base d’une recommandation d’un médecin de l’assurance maladie.
1) gynécologue et obstétricien;
2) dentiste ;
3) un dermatologue ;
4) un vénéréologue ;
5) oncologue;
6) un ophtalmologiste ;
7) psychiatre ;
8) pour les personnes atteintes de tuberculose ;
9) pour les personnes infectées par le VIH ;
10) pour les invalides de guerre et militaires, les réprimés et les vétérans ; pour les civils aveugles victimes des hostilités ;
11) pour les personnes dépendantes à l’alcool, aux substances intoxicantes et aux substances psychotropes – dans le domaine du traitement de la toxicomanie ;
12) pour un militaire ou un employé autorisé dans le domaine du traitement des blessures ou des maladies acquises lors de l’exécution de tâches en dehors de l’État (article 57 (1) et (2) de la loi sur les prestations).
Services de réadaptation médicale fournis par un prestataire de soins de santé qui a conclu une convention avec la Caisse nationale de santé pour la fourniture de services de santé, sur la base d’une recommandation d’un médecin de l’assurance-maladie (article 59 de la loi sur les prestations)

Fourniture de dispositifs médicaux qui sont des articles orthopédiques et des matériels auxiliaires à la demande d’un médecin de l’assurance-maladie ou d’un boursier de l’assurance-maladie (article 40, paragraphe 1, de la loi sur les prestations).
Inscription auprès du prestataire, notamment : en personne, par des tiers et par téléphone (§12 de l’annexe au règlement du ministre chargé de la santé du 6 octobre 2005 portant conditions générales des contrats de prestation de services de santé (Journal des lois n° 197, article 1643) ).
En cas d’urgence – obtenir immédiatement des services de santé dans la mesure nécessaire, également par un prestataire de soins de santé qui n’a pas conclu d’accord sur la fourniture de services de santé avec la Caisse nationale de santé (article 19, paragraphe 1, de la loi sur les prestations).
Prestations de soins de santé dans les conditions et dans la mesure spécifiées pour l’assuré, si vous n’êtes pas une personne assurée et que vous êtes enceinte, en couches et en période post-partum (article 13 (1) (2) de la loi sur les prestations).
Déplacement par transport sanitaire (y compris aérien) – à la demande d’un médecin ou d’un assistant de l’assurance maladie, jusqu’à l’établissement de santé le plus proche fournissant des services dans le cadre approprié, et retour : gratuit dans les cas suivants :
1) la nécessité d’un traitement immédiat dans un établissement de santé ;
2) résultant de la nécessité de maintenir la continuité du traitement. De plus, sur la base d’une ordonnance d’un médecin de l’assurance maladie ou d’un assistant de l’assurance maladie, vous avez droit à la gratuité des déplacements par transport sanitaire – en cas d’accident de voiture dysfonctionnement d’un organe empêchant l’utilisation des transports en commun, afin de recevoir un traitement – au prestataire de soins de santé le plus proche fournissant des prestations dans la mesure appropriée, et retour (article 41, paragraphes 1 et 2, de la loi sur les prestations).
Certificats médicaux et certificats délivrés à titre gratuit, s’ils sont liés à : la poursuite des traitements, la rééducation, l’incapacité de travail, la formation continue, la participation d’enfants, d’étudiants, d’étudiants d’établissements de formation d’enseignants et d’étudiants à des activités sportives et de loisirs organisés, ainsi que délivré aux fins de l’aide sociale, de la jurisprudence en matière d’invalidité ou d’obtention d’une allocation de soins (article 16 (1) (1) de la loi sur les prestations).

Chapitre 2 LES DROITS DU PATIENT À L’HPITAL EN TANT QUE PATIENT AU SEIN DE L’ASSURANCE MALADIE HOPITAL VOUS AVEZ LE DROIT DE :

  1. Choix d’un établissement hospitalier parmi les établissements hospitaliers ayant conclu une convention de prestation de soins avec la Caisse nationale de santé avec les réserves résultant des dispositions légales applicables (article 30 de la loi sur < em> avantages).
  1. Les admissions dans un hôpital ayant conclu une convention de prestations de soins avec la Caisse nationale de santé, sur saisine de (chaque) médecin, dentiste ou feldsher, si le l’objectif du traitement ne peut être atteint par un traitement ambulatoire selon une liste d’attente établie sur la base de critères médicaux (Art. 58, Art. 20 – 23 de la Loi sur les prestations).
  2. services de santé sans l’orientation requise – dans les situations d’urgence (par exemple, accident, empoisonnement, accouchement, conditions menaçant la vie ou la santé), dans l’état susmentionné, vous avez également le droit d’obtenir immédiatement des soins de santé services dans la mesure nécessaire, également d’un prestataire de soins de santé qui n’a pas conclu d’accord sur la fourniture de services de santé avec la Caisse nationale de santé (art. 19 (1), art. 60 de la loi sur prestations).
  3. Déplacement en transport sanitaire (y compris aérien) – sur ordre d’un médecin de l’assurance maladie ou un assistant de l’assurance maladie, jusqu’à l’établissement de santé le plus proche offrant des prestations dans le cadre approprié, et retour gratuit, en cas de :
  4. 1) la nécessité d’un traitement immédiat dans un établissement de santé ; < /li>
  5. 2) résultant de la nécessité de maintenir la continuité du traitement.
  6. En outre, sur la base d’un ordre d’un médecin de l’assurance maladie ou d’un assistant de l’assurance maladie, vous avez droit à la gratuité des déplacements par transport sanitaire – en cas de dysfonctionnement d’un organe moteur empêchant l’utilisation des transports en commun, afin de se faire soigner – jusqu’à l’établissement de santé le plus proche fournissant des services dans le cadre approprié, et retour (art. 41 secondes 1 et sec. 2 des ś prestations).
  7. Consentement (en dehors du consentement du médecin) pour la participation d’autres personnes, en dehors du personnel médical nécessaire en raison du type du service de santé qui vous est fourni (article 36 (2) de la loi sur les professions de médecin et de médecin dentiste).
  8. Consentement à participer à la fourniture de services de santé à vous : étudiants en sciences médicales, médecins et autre personnel médical, dans le cas de démonstrations de nature purement éducative, si vous êtes un patient d’une clinique, d’un hôpital, d’académies médicales, d’une unité de recherche et développement médicale ou autre unité habilitée à former l’ susvisée (article 36 (4) de la loi sur les professions médicales et le médecin dentiste).
  9. Candidature un avis d’un médecin (fournissant des services de santé) avec un avis d’un médecin spécialiste approprié ou l’organisation d’une consultation médicale en cas de doute diagnostique ou thérapeutique, si et le médecin susvisé l’estime justifiée au regard des exigences des connaissances médicales (art 37 de la loi sur les professions de médecin et de médecin dentiste).
  10. Gratuité des médicaments et du matériel médical nécessaires pour vous fournir des services de santé, s’ils sont nécessaires pour l’exécution du service < em> (art. 20 (1) (2) de la loi sur les établissements de santé ; art. 35 de la loi sur les prestations).
  11. Les certificats médicaux et les certificats délivrés gratuitement s’ils sont liés à : un traitement ultérieur, une réadaptation, une incapacité de travail, une formation continue, la participation d’enfants, d’étudiants, d’étudiants d’établissements de formation d’enseignants et d’étudiants dans les sports et les loisirs organisés, ainsi que tel que délivré aux fins de l’assistance sociale, de l’attestation d’invalidité ou de l’obtention de l’allocation de soins (article 16 (1) (1) de la loi sur les prestations ś) .

Chapitre 3 DROITS DES PATIENTS EN HPITAL PSYCHIATRIQUE 1. ADMISSION À L’HPITAL AVEC LE CONSENTEMENT DU PATIENT

  1. L’admission d’une personne atteinte de troubles mentaux dans un hôpital psychiatrique a lieu avec le consentement écrit de cette personne sur la base d’une saisine valable de l’hôpital, si le médecin désigné pour cette activité, après un examen personnel, constate indications d’admission. Toutefois, en cas d’urgence, notamment lorsqu’il est impossible d’obtenir une aide médicale avant de se rendre à l’hôpital, une personne atteinte de troubles mentaux peut être admise dans un hôpital psychiatrique, avec son accord écrit, sans être référée (article 22 ( 1) et 1a de la loi sur la protection de la santé mentale du 19 août 1994 (Journal officiel n° 111, article 535, tel que modifié), ci-après dénommée la « loi relative à la protection de la santé psychicznyotyk).
  2. Si l’admission dans un hôpital psychiatrique concerne un adulte totalement incapable, capable de donner son consentement, le consentement de cette personne est également requis. En cas de déclarations contradictoires concernant l’admission en hôpital psychiatrique du patient et de son représentant légal, le consentement à l’admission en hôpital est accordé par le tribunal des tutelles compétent pour le lieu de résidence de cette personne (article 22 (4 ) de la loi sur les soins de santé psychiczny).

3. PENDANT L’HOSPITALISATION, EN TANT QUE PATIENT, VOUS AVEZ LE DROIT DE :

  1. Services gratuits de santé mentale et de médicaments, dispositifs médicaux et aides gratuits si vous souffrez d’une maladie mentale (indiquant des troubles psychotiques) ou d’un retard mental, même si vous n’êtes pas assuré ( article 10 (1) et ( 2), article 3 (1) (a) et (b) de la loi sur la protection de la santé mentale) .

Que le personnel médical, lors du choix du type et des méthodes de traitement, tienne compte non seulement des objectifs de santé, mais aussi de vos intérêts et d’autres intérêts personnels, et s’efforce d’améliorer votre santé d’une manière qui soit la moins contraignante pour vous (article 12 du la loi sur la protection de la santé mentale).
Communiquez sans restriction avec votre famille et d’autres personnes (article 13 de la loi sur la santé mentale).
Manque de contrôle de votre correspondance (article 13 de la loi sur la santé mentale).
Obtenir de l’aide pour la protection de vos droits de patient, notamment : pour rencontrer le Médiateur pour les droits des patients en hôpital psychiatrique, dans des conditions garantissant la liberté d’expression, au plus tard dans les 7 jours à compter de la déclaration d’un tel besoin, soumettre oralement et des plaintes écrites concernant la violation de vos droits et obtenir des informations sur la résolution du cas que vous avez signalé, obtenir des informations sur la résolution du cas signalé (article 10a (1) et (4) de la loi sur la santé mentale).
Obtention du consentement du chef de service pour un séjour périodique à l’extérieur de l’hôpital sans quitter l’établissement (pass), si cela ne met pas en danger votre vie ou la vie et la santé d’autrui (article 14 de la loi sur la santé mentale)
Ne pas conserver vos déclarations, y compris l’admission d’une infraction pénale, dans la documentation concernant l’examen ou le déroulement de votre traitement (article 51 de la loi sur la santé mentale).

Le médecin vous familiarisera avec les procédures de traitement prévues (article 33 (2) de la loi sur la santé mentale).
Exprimer un consentement distinct ou le consentement de votre représentant légal pour les services de santé présentant un risque accru, tels que :
1) ponction sous-occipitale ou lombaire pour la collecte de liquide céphalo-rachidien ou l’administration de médicaments ;
2) traitement avec des méthodes de coma (comas atropiniques, comas insuliniques);
3) traitement par électrochocs.
Vous avez également le droit d’être informé par le médecin des effets prévisibles des services de santé énumérés ci-dessus (§ 1 et § 2 du règlement du ministère de la Santé et de la Prévoyance sociale du 4 août 1995 sur la liste des services de santé nécessitant un consentement séparé du patient ou de son représentant légal (Journal des lois n° 100, article 503)).
Vous avertir de l’utilisation d’une mesure coercitive directe à votre encontre avant que la mesure ne soit prise et faire preuve d’une extrême prudence et veiller à votre bien-être par le personnel médical lors de l’utilisation d’une mesure coercitive directe (article 18 (4) de la loi sur la santé mentale) .
Cette contrainte directe sous forme d’immobilisation ou d’isolement sur ordre d’un médecin ne pouvait durer plus de 4 heures. Toutefois, si nécessaire, le médecin, après un examen personnel de votre personne, peut prolonger l’immobilisation pour des périodes supplémentaires de 6 heures (§ 9 (2) du règlement du ministère de la Santé et de la Prévoyance sociale du 23 août 1995 relatif à l’utilisation de coercition directe (Journal officiel n° 103, article 514), ci-après dénommé : « le règlement sur l’utilisation de la contrainte directe »).
Libération de courte durée de l’immobilisation pour changer de position ou répondre à des besoins physiologiques et hygiéniques, au moins toutes les 4 heures (§14 section 1 point 2 du Règlement sur l’utilisation de la contrainte directe).

Garder secret par les personnes exerçant des activités en vertu de la loi sur la santé mentale tout ce dont elles ont connaissance dans le cadre de l’exercice des activités susmentionnées, à l’exception des situations prévues par la loi susmentionnée, lorsque ces personnes sont dispensées du secret (article 50 de la loi sur la protection de la santé mentale).
Que les activités de réadaptation menées dans les hôpitaux psychiatriques et les maisons de retraite n’étaient pas subordonnées à des objectifs économiques (article 15 (1) de la loi sur la santé mentale).
Que le chef de l’établissement de soins de santé mentale, dans le cas où il s’avère que votre représentant légal n’exerce pas correctement ses fonctions à votre égard, en avise le tribunal des tutelles de votre lieu de résidence (article 17 de la loi sur la santé mentale).
Déposez une demande auprès du tribunal des tutelles du siège d’un hôpital psychiatrique pour la désignation d’un agent de probation si vous estimez avoir besoin pendant votre séjour à l’hôpital d’une aide pour mener à bien toutes vos affaires ou les affaires d’un type spécifique (article 44 (1 ) de la loi sur la santé mentale).
Vous serez entendu par le juge visiteur au plus tard 48 heures après que le tribunal des tutelles aura reçu la notification du chef de l’hôpital psychiatrique, si vous avez été admis conformément à l’art. 23 (personne malade mentale admise, lorsque son comportement antérieur indique qu’elle menace directement sa propre vie ou la vie ou la santé d’autrui en raison de cette maladie), art. 24 (une personne dont le comportement antérieur indique qu’elle constitue une menace directe pour sa vie ou sa santé ou la santé d’autres personnes en raison de troubles mentaux, et il y a des doutes quant à sa maladie mentale, le séjour dans un hôpital ne peut durer plus de 10 jours) et l’art. . 28 (en cas de retrait du consentement préalablement exprimé pour l’hospitalisation) (article 45 (2) de la loi sur la santé mentale).
Présentation d’une demande d’avocat d’office dans le cadre d’une procédure pendante devant le tribunal des tutelles dans les matières spécifiées dans la loi sur la protection de la santé mentale (article 48 de la loi sur la protection de la santé mentale).
Faire appel de la décision du tribunal des tutelles sur l’admission dans un hôpital psychiatrique sans votre consentement auprès du tribunal de deuxième instance (articles 42 et 47 de la loi sur la santé mentale).
Soumettez une demande sous quelque forme que ce soit pour ordonner votre sortie d’un hôpital psychiatrique – si vous êtes hospitalisé avec votre consentement (article 36 (1) de la loi sur la santé mentale).
La présentation, sous quelque forme que ce soit, d’une demande d’ordonnance de sortie d’un hôpital psychiatrique au plus tôt 30 jours après la décision du tribunal des tutelles sur l’admission à l’hôpital ou la poursuite des traitements sans votre consentement devient définitive. Le chef de service décide de votre sortie, s’il décide que les motifs de votre admission et de votre séjour en hôpital psychiatrique, prévus par la loi sur la protection de la santé mentale, ont cessé (article 35 (1) et article 36 (1) et (2) de la loi) sur la protection de la santé mentale).
S’adresser au tribunal des tutelles dans le ressort duquel est situé l’hôpital psychiatrique pour ordonner la sortie de votre personne d’un hôpital psychiatrique, en cas de refus de sortie. Vous devez soumettre la demande dans les 7 jours suivant la notification du refus de vous désinscrire et de la date et de la méthode de soumission de la demande (article 36 (3) de la loi sur la santé mentale.
Admission avec votre consentement (ou votre représentant légal) dans une maison de retraite, si vous n’êtes pas en mesure de subvenir à vos besoins essentiels de la vie et que vous ne pouvez pas bénéficier des soins d’autrui, et que vous avez besoin de soins et de soins constants, nécessitent un traitement hospitalier (art. 38 de la loi sur la santé mentale).

Chapitre 4 LES DROITS DE L’ENFANT PENDANT LES PRESTATIONS DE SANTÉ

En tant que patient de moins de 18 ans, vous avez le droit de jouir de la plupart des droits des adultes tout en recevant des services de santé, sous réserve des droits de vos parents ou tuteurs et sous réserve des limites d’âge.

EN TANT QUE PATIENT DE MOINS DE 18 ANS, VOUS AVEZ LE DROIT DE :

  1. Services de soins de santé dans les conditions et dans le cadre spécifiés pour les assurés (article 13 (1) (1) de la loi sur les prestations ).

Prestations de santé supplémentaires d’un dentiste et du matériel dentaire utilisé dans la prestation de ces services, classés comme prestations garanties pour les enfants et les adolescents jusqu’à l’âge de 18 ans (article 31 (3) de la loi sur les prestations).
Si vous êtes mineur de plus de seize ans, le médecin est tenu de vous fournir les informations dans la mesure et sous la forme nécessaires au bon déroulement de votre démarche diagnostique ou thérapeutique, en outre, vous avez le droit d’exprimer votre avis ( article 31 (7) de la loi sur les professions des médecins et des dentistes).
Si vous êtes mineur de plus de seize ans, le médecin est tenu de vous fournir des informations accessibles sur votre état de santé, le diagnostic, les méthodes de diagnostic et de traitement proposées et possibles, les conséquences prévisibles de leur utilisation ou omission, les résultats du traitement et le pronostic (article 31 (1) et 5 de la Loi sur les professions de médecin et de dentiste).
Si vous êtes un mineur de plus de seize ans, votre consentement pour effectuer le test ou tout autre service de santé est également requis (hormis le consentement de votre représentant légal). En cas d’opération, de traitement ou de diagnostic présentant un risque accru pour vous, votre consentement est également requis (outre celui de votre représentant légal) par écrit (article 34 (4) de la loi sur les professions médicales et dentiste).
Si vous êtes mineur de plus de seize ans, vous avez le droit de vous opposer au prélèvement de cellules, de tissus et d’organes après la mort (article 5 (3) de la loi sur la transplantation).
Si vous êtes mineur et âgé de plus de seize ans ou de moins de seize ans et êtes en mesure de vous prononcer expressément sur votre participation à une expérience médicale ou à un essai clinique (après vous avoir informé de la nature, de l’importance, des effets et des risques de cette étude), il est nécessaire d’exprimer par écrit votre consentement éclairé pour participer à ce qui précède, en plus du consentement de votre représentant légal (article 25 (2) de la loi sur les professions de médecin et de dentiste ; article 37b (2) (4) et article 37h (1) (1) de la loi pharmaceutique).
Exprimer à tout moment le retrait du consentement à participer à un essai clinique ou à une expérience médicale, ou le retrait à tout moment de cet examen ou de cette expérience (article 27 (1) de la loi sur les professions de médecin et de dentiste ; article 37h (1 ) (3) et article 37h (1) (3)) 37b section 2 point 2 de la loi pharmaceutique).
Que, afin de minimiser la douleur et l’inconfort pendant l’essai clinique, vous bénéficierez de la participation de personnel ayant des connaissances et des compétences dans le domaine de la prise en charge des mineurs et l’utilisation de méthodes pour minimiser l’inconfort lié à l’examen (§ 23 point 1 du règlement du ministre de la Santé du 30 avril 2004 sur la méthode de conduite des essais cliniques avec la participation de mineurs (Journal officiel n° 104, article 1108)).
Si vous êtes mineur de plus de treize ans, vous avez le droit de consentir au prélèvement de moelle osseuse pour vos frères et sœurs, si cela n’entraîne aucune altération prévisible de l’efficacité de votre corps (article 12 (3) de la loi sur la transplantation) .
Si vous êtes mineur de plus de seize ans, vous avez le droit de demander au tribunal des tutelles compétent de votre lieu de résidence de consentir au prélèvement de moelle osseuse ou de cellules du sang périphérique sur vous dans une situation où il y a une menace immédiate pour la vie de vos frères et sœurs (article 12 par. 4 de la loi sur la transplantation).
Si vous êtes né à l’hôpital ou avez été hospitalisé avant l’âge de sept ans, une carte d’identité vous est délivrée (article 21a de la loi sur les établissements de santé).
Si vous êtes mineur de plus de seize ans et êtes en mesure de donner votre consentement, votre consentement est également requis pour l’admission dans un hôpital psychiatrique (article 22 (4) de la loi sur la santé mentale).

Podstawa prawna:

  1. Konstytucja Rzeczpospolitej Polskiej z dnia 2 kwietnia 1997 r. (Dz. U. Nr 78, poz. 483, z późn. zm.);
  1. ustawa z dnia 30 sierpnia 1991 r. o zakładach opieki zdrowotnej (Dz. U. z 2007 r. Nr 14, poz. 89);
  2. ustawa z dnia 27 sierpnia 2004 r. o świadczeniach opieki zdrowotnej finansowanych ze środków publicznych (Dz. U. Nr 210, poz. 2135, z późn. zm.);
  3. ustawa z dnia 5 grudnia 1996 r. o zawodach lekarza i lekarza dentysty (Dz. U. z 2005 r. Nr 226, poz. 1943, z późn. zm.);
  4. ustawa z dnia 5 lipca 1996 r. o zawodach pielęgniarki i położnej (Dz. U. z 2001 r. Nr 57, poz. 602, z późn. zm.);
  5. ustawa z dnia 19 sierpnia 1994 r. o ochronie zdrowia psychicznego (Dz. U. Nr 111, poz. 535, z późn. zm.);
  6. ustawa z dnia 1 lipca 2005 r. o pobieraniu, przechowywaniu i przeszczepianiu komórek, tkanek i narządów (Dz. U. Nr 169, poz. 1411);
  7. ustawa z dnia 6 września 2001 r. – Prawo farmaceutyczne (Dz. U. z 2004 r. Nr 53, poz. 533, z późn. zm.);
  8. ustawa z dnia 27 lipca 2001 r. o diagnostyce laboratoryjnej (Dz. U. z 2004 r. Nr 144, poz. 1529, z późn. zm.);
  9. ustawa z dnia 17 maja 1989 r. o izbach lekarskich (Dz. U. Nr 30, poz. 158, z późn. zm.);
  10. ustawa z dnia 19 kwietnia 1991 r. o samorządzie pielęgniarek i położnych (Dz. U. Nr 91, poz. 178, z późn. zm.);
  11. ustawy z dnia 29 sierpnia 1997 r. o ochronie danych osobowych (Dz. U. z 2002 r. Nr 101, poz. 926, z późn. zm.);
  12. rozporządzenie Ministra Zdrowia z dnia 21 grudnia 2006 r. w sprawie rodzajów i zakresu dokumentacji medycznej w zakładach opieki zdrowotnej oraz sposobu jej przetwarzania (Dz. U. Nr 247, poz. 1819);
  13. rozporządzenie Ministra Zdrowia i Opieki Społecznej z dnia 23 sierpnia 1995 r. w sprawie sposobu stosowania przymusu bezpośredniego (Dz. U. Nr 103, poz. 514);
  14. rozporządzenie Ministra Zdrowia i Opieki Społecznej z dnia 4 sierpnia 1995 r. w sprawie wykazu świadczeń zdrowotnych wymagających odrębnej zgody pacjenta lub jego przedstawiciela ustawowego (Dz. U. Nr 100, poz. 503);
  15. rozporządzenie Ministra Zdrowia z dnia 6 października 2005 r. w sprawie ogólnych warunków umów o udzielanie świadczeń opieki zdrowotnej (Dz. U. Nr 197, poz. 1643);
  16. rozporządzenie Ministra Zdrowia z dnia 30 kwietnia 2004 r. w sprawie sposobu prowadzenia badań klinicznych z udziałem małoletnich (Dz. U. Nr 104, poz. 1108).

Des informations détaillées sur les droits des patients sont fournies par :
Bureau des droits des patients au ministère de la Santé
ul. Długa 38/40
00-238 Varsovie

ligne d’assistance gratuite de l’Office:
0-800-190-590

www.bpp.waw.p
email : sekretariat@bpp.waw.pl

Contact

22 545 62 43
kontakt@odonto-klinika.pl

Clinique dentaire ODONTO
ul. Hanki Czaki lokal 9
01-588 Warszawa
entrée de la rue Popiełuszki

Horaires d'ouvertures

Lundi - Vendredi: 10:00-20:00

Copyright 2021 | Built with Designum Business Marketing